Les ratios de l'analyse bilan

Cet article va se focaliser sur trois ratios calculés couramment dans le cadre de l’analyse du bilan. Afin que vous puissiez retrouver, dans votre comptabilité, les chiffres permettant de calculer ces ratios, nous allons commencer par un bref rappel des notions du bilan.
Bilan : rappel des notions

Le bilan est un tableau résumé et ordonné de l’inventaire. Il présente une structure plutôt compacte, avec à l’actif, les biens que l’entreprise possède (où sont placés les fonds) et au passif, l’origine des fonds investis dans l’entreprise (qui a fourni les fonds). Par exemple, la totalité du bétail apparaîtra sous une seule valeur globale au bilan. Le plan comptable définit pour tous les comptes un ordre bien structuré. Habituellement, dans le plan comptable agricole, les comptes du bilan reçoivent un numéro entre 1000 à 1999 pour l’actif et 2000 à 2999 pour le passif.

La structure du bilan se compose de quatre blocs principaux (appelés aussi masses). A l’actif : les actifs circulants (caisse, compte courant (ci-après cc) positif, créances-clients, stocks, animaux etc.) et les actifs immobilisés (machines, bâtiments, terres etc.). Au passif : les fonds étrangers (factures impayées, cc négatif, hypothèque etc.) et les fonds propres. Ces derniers sont calculés par la différence entre le total des actifs et le total des fonds étrangers. Ils correspondent aux fonds engagés par l’exploitant dans sa propre exploitation.

Le total des actifs et le total des passifs sont toujours égaux, on parle aussi de « somme au bilan ». Il faut noter que jusqu’à l’arrêt de l’activité et la réalisation des valeurs du bilan, les fonds propres restent une valeur « comptable ».

© Lukas Blazek

 

Approche de trois ratios calculés couramment dans le cadre de l’analyse du bilan

Le degré de financement propre

Le degré de financement propre (appelé aussi taux de propriété) indique quelle part du total des actifs est financée par les fonds propres. Il est en principe exprimé en %.

Degré de financement propre en % = Fonds propres / Somme au bilan x 100

Ce ratio, exprimé en %, est un « incontournable » de l’analyse du bilan. Rapidement calculé, il faut toutefois être très attentif à ne pas confondre les fonds propres début avec les fonds propres fin lors de la lecture du bilan. Son interprétation correcte nécessite au minimum de connaître l’âge de l’exploitant, d’une manière générale, il devrait tendre vers 60 % et plus en fin de carrière.

Le degré de financement étranger

Le degré de financement étranger (appelé aussi taux d’endettement) indique quelle part du total des actifs est financée par les fonds étrangers. Il est en principe exprimé en %.

Degré de financement étranger en % = Fonds étrangers / Somme au bilan x 100

La somme du degré de financement propre et du degré d’endettement donne toujours 100 %. Ce ratio peut être très haut, par exemple lors de la reprise d’un domaine avec peu de ressources propres.

Degré de financement propre et étranger : nuance dans l’interprétation

L’interprétation des deux ratios présentés ci-dessus est interdépendante. Le résultat obtenu doit absolument être replacé dans le contexte général de l’exploitation. L’âge de l’exploitant n’est qu’un aspect parmi d’autres. L’état des investissements dans les bâtiments, le choix de se désendetter rapidement ou pas, les éventuels investissements financés avant la remise de l’exploitation, la stratégie de prévoyance etc. sont autant de points qui doivent être pris en considération dans l’interprétation de ces ratios. En lien avec la valeur « comptable » des fonds propres, il est aussi important de rappeler que la valeur au bilan des bâtiments et des terres peut être revue à la baisse lors de la reprise à la valeur de rendement.

Le degré de liquidité 2

Le degré de liquidité 2 (appelé aussi quick ratio) indique si les actifs financiers à court terme couvrent les passifs financiers à court terme. Les actifs financiers à court terme comprennent la caisse, le cc positif, les créances clients (débiteurs) et les actifs transitoires.

Les passifs financiers à court terme comprennent les dettes fournisseurs (créanciers), le cc négatif et les passifs transitoires.

Degré de liquidité 2 en % = Actifs financiers à court terme / Passifs financiers à court terme x 100

Lorsque le résultat de ce ratio est supérieur à 100 % (120 % si l’on veut se réserver une petite marge de sécurité) cela signifie que les actifs financiers à court terme sont supérieurs aux passifs financiers à court terme. L’exploitant peut rembourser ses dettes à court terme avec ses liquidités à court terme, l’exploitation est dite solvable.  Dans la pratique, il faut être très prudent dans l’interprétation de ce ratio qui peut varier très rapidement, de plusieurs centaines de pour cent, en fonction de l’état des encaissements et des décaissements enregistrés dans les comptes financiers au moment de son calcul. Dès lors, il est conseillé de le calculer à intervalles réguliers.

En parallèle à ce ratio, il est aussi utile de déterminer le résultat de la trésorerie nette globale (TNG = Actifs financiers à court terme – Passifs financiers à court terme) exprimé en francs. En effet, un résultat en %, même confortable ne signifie pas que la somme en francs soit en adéquation avec le roulement de la trésorerie de l’exploitation et qu’il soit suffisant pour faire face à d’éventuelles dépenses imprévues.

Les degrés de liquidité 1 et 3, le degré d’immobilisation, les degrés de couverture 1 et 2, pour ne citer qu’eux, sont d’autres ratios calculés couramment dans le cadre de l’analyse du bilan.

Le prochain article abordera des ratios en lien avec l’analyse des résultats économiques, ceux-ci sont souvent plus proches de la pratique agricole. 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., collaborateur scientifique