Tarissement, développement d’une stratégie dans le projet ReLait

Le projet ReLait vise à réduire l’utilisation des antibiotiques. Pour ce faire, on procède notamment à des analyses de lait avant le tarissement des vaches dont le nombre de cellules est supérieur à 150'000 au cours des trois derniers contrôles. De plus, un test de Schalm est effectué à toutes les vaches 10 jours avant la date prévue du tarissement. Si le résultat du test est positif, une analyse de lait est effectuée. Selon le résultat de cette dernière, les vaches malades sont taries avec un antibiotique approprié.

Les producteurs participant au projet ReLait peuvent choisir une variante parmi les trois possibles décrites ci-dessous pour le tarissement des vaches saines :

  • Sans obturateur et sans antibiotiques ; ou
  • Avec obturateurs et sans antibiotiques ; ou
  • Avec obturateurs et sans antibiotiques (pour les vaches saines) et en plus un antibiogramme est effectué pour les échantillons contenant des « autres staphylocoques ». La consultation du vétérinaire est requise avant de tarir pour les vaches ayant des antécédents avec Staphylococcus aureus, Streptococcus agalactiae et Streptococcus uberis.

© Waldemar Brandt

Ces variantes ont été développées sur la base des résultats recueillis auprès des agriculteurs de la première phase du projet ReLait. Il a été constaté que le risque de mammites augmente avec certains paramètres tels que l’augmentation des températures estivales ou la présence accrue de mouches. Il faut donc prendre davantage de précautions pour tarir les vaches pendant l’été même si la santé du pis a été exemplaire pendant toute la lactation. Un obturateur externe peut également être appliqué (formation d’une seconde peau protectrice sur les trayons) et en cas de problèmes de contamination par les fèces ou les mouches pendant la période de pâturage, il est possible de suspendre la stratégie pendant les semaines les plus sensibles.

Un point central pour réussir un tarissement sans antibiotiques est l’importance d’avoir des pis vides et souples au moment du tarissement. La production journalière des vaches doit être la plus faible possible (idéalement moins de 15kg / jour). Pour atteindre ce but, la ration peut être ajustée avant le tarissement ou des compléments alimentaires peuvent être administrés pour réduire la production. Il est également conseillé d’adapter la période de repos entre le vêlage et la première insémination en fonction de la performance laitière attendue (plus la performance est élevée, plus l’intervalle avec la première insémination est long).

Afin d’évaluer l’efficacité des différentes méthodes de tarissement utilisées sur les fermes laitières, une mise en valeur a été développée. Elle relie les différentes techniques de tarissement avec le nombre de cellules au premier contrôle (cf. Fig. 1 page suivante). Généralement, il a été constaté que le tarissement sans antibiotiques n’entraîne pas un nombre de cellules plus élevé au premier contrôle que les autres traitements. Ceci naturellement si les conditions citées ci-dessus étaient respectées.

Résultats des différentes techniques de tarissement. Les traitements Orbeseal et Noroseal ne contiennent pas d’antibiotiques, ce sont uniquement des obturateurs de trayons. Ces deux traitements sont souvent choisis par les exploitations participant au projet ReLait. Mais le nombre de cellules au premier contrôle n’est pas plus élevé après ces traitements. uberis.

 

L'équipe ReLait

Frigure 1