En hiver, il faut de l'air

En hiver, quel éleveur n’a pas observé de la condensation se former sur une fenêtre au fond d’une étable ? L’humidité qui se dépose sur les parois ou sous la toiture est hélas synonyme d’une mauvaise ventilation du bâtiment d’élevage. Des solutions existent pour y remédier.

En hiver, l’air ambiant de l’étable – réchauffé par la chaleur corporelle des animaux ce qui est certes agréable pour l’agriculteur – se charge non seulement d’humidité, mais aussi de poussière, d’ammoniac, de germes et d’autres particules nocives pour la santé des animaux. Cet air vicié devrait être évacué sans tarder, car si les animaux respirent ces particules, plusieurs conséquences sont possibles, comme une réduction de la production laitière chez les vaches laitières, ou l’apparition de troubles respiratoires chez le jeune bétail. En outre, sur le long terme, la condensation peut conduire à une dégradation des infrastructures, en particulier des charpentes en bois.
La difficulté réside dans la faible capacité de l’air froid à se charger en humidité ; plus la température est basse, plus la capacité de l’air à absorber la vapeur d’eau diminue. Un m3 d’air à 0°C peut contenir seulement 3.5 g d’eau, soit près de 5 fois moins que lorsque la température est de 20 °C. En hiver, un plus grand volume d’air est par conséquent nécessaire pour assurer une bonne ventilation. Il est néanmoins inutile de s’alarmer au moindre signe de condensation superficielle.

Sous l'effet d’une condensation continuelle sous toiture, l'humidité retombe sur les fourrages entreposés en dessous. Cela provoque des moisissures locales qui réduisent la qualité des fourrages et qui sont néfastes pour la santé des animaux.

© Grangeneuve

Si durant les mois d’hiver, celle-ci disparait dans la matinée grâce à une bonne ventilation, cela ne conduira pas nécessairement à des dommages. C’est surtout lorsque l’humidité persiste dans le lieu de vie des animaux que les problèmes surviennent.Comment dès lors distinguer les signes d’une humidité persistante néfaste ? Et quelles sont les solutions pour améliorer la climat d’étable ? Voici quelques exemples.

Les signes d’une mauvaise ventilation :
  • Condensation superficielle et continuelle
  • Moisissures sur les murs
  •  Charpente métallique attaquée par la rouille (entre autres dû à l’ammoniac)
  • Développement de moisissures sur les fourrages entreposés sous la toiture.
  •  Fourrage avec une odeur d’étable
  •  Noircissement précoce de la charpente
Quelques aménagements permettant d’améliorer le climat d’étable :
  • Isoler les parois et la toiture, aussi les parties à l’extérieur (l’aire d’attente des animaux par exemple)
  • Créer de larges ouvertures pour laisser passer un large volume d’air (cela augmente la luminosité naturelle par la même occasion)
  • Installer des ventilateurs à pales pour un brassage d’air important sans courant d’air
  • Aménager des bardages ajourés ou volets articulés si possible
  • Créer des écailles en toiture pour dynamiser les flux d’air sortants
  • Mettre en place des parois amovibles

François-Lionel Humbert, collaborateur scientifique