Kératoconjonctivite infectieuse bovine (pink eye)

6 juillet 2021
L’été arrive: comment éviter la kératoconjonctivite infectieuse bovine ? Maladie oculaire très courante durant l’été et qui apparaît fréquemment chez le bétail alpé, la kératoconjonctivite infectieuse bovine (KCIB) est une maladie très douloureuse pour l’animal et qui peut engendrer d’importantes pertes économiques si elle n’est pas soignée à temps. Faussement nommée « maladie du chamois » dans le jargon agricole (lire l’encadré), la kératoconjonctivite infectieuse bovine est causée par la bactérie Moraxella bovis.
Description, développement et symptômes

La bactérie Moraxella bovis responsable de la kératoconjonctivite infectieuse bovine se trouve naturellement sur les muqueuses des animaux sains. Cependant, même une minuscule blessure peut lui permettre d’entrer dans l’œil et ainsi développer la maladie. Cette dernière évolue rapidement en quelques jours et demande un traitement rapide et conséquent afin de la canaliser. Elle se transmet principalement par les mouches qui transportent les bactéries sur leurs pattes où elles peuvent survivre pendant 4 jours, mais aussi par contact direct entre les animaux via des écoulements lacrymaux infectés ou par le biais des humains.

© Pixabay

Le développement de la maladie se déroule en 4 phases pouvant mener à la cécité complète de l’œil atteint :

  1. Conjonctivite : gonflement les paupières, conjonctives rouges, écoulement lacrymal, clignement intensif de l’œil
  2. Kératite (inflammation de la cornée) : apparition d’un voile opaque sur l’œil
  3. Ulcération de la cornée (œil perforé)
  4. Cécité
Ne pas confondre avec la maladie du chamois ! 

La maladie du chamois touche les petits ruminants (moutons, chèvres) et les ruminants sauvages (chamois et les bouquetins). Elle est causée par la bactérie Mycoplasma conjunctivae qui est différente de celle qui cause la Kératoconjonctivite infectieuse bovine mais dont les symptômes sont similaires.

Facteurs favorisant l’apparition de la maladie
  • mouches
  • temps estival
  • exposition aux rayons UV (fort ensoleillement)
  • blessures lors du transport
  • manque de place
  • poussière
  • animaux avec peu de pigmentation autour des yeux (tête blanche)
Prévention
  • vaccin (pas toujours efficace car il existe plusieurs souches de moraxella bovis)
  • insecticide contre les mouches avant la montée à l’alpage
  • rentrer régulièrement les génisses ou leur laisser un accès libre au chalet lors des fortes chaleurs
  • contrôle régulier des animaux
  • climat d’étable sain sans trop de poussière
Traitement

Un traitement antibiotique est nécessaire pour guérir l’animal applicable de différentes  manières. Un antibiotique local sous forme de pommade à mettre dans l’œil est recommandé. Il est également conseillé de travailler avec des pommades qui aident les tissus oculaires à se régénérer plus rapidement (vitamine A). Le traitement dure plusieurs jours, voire plusieurs semaines, selon la gravité du cas.

Si les manipulations sur l’animal ne sont pas possibles (vaches allaitantes par exemple), un antibiotique systémique peut être injecté sur plusieurs jours. Il existe également des antibiotiques à effet longue durée.

Dans les cas les plus critiques, il est parfois nécessaire de fermer l’œil des génisses trop touchées pendant une dizaine de jours à l’aide d’une suture de la 3ème paupière par exemple. Ceci met l’œil « au repos » et permet une cicatrisation des tissus.

Dans tous les cas, il est important de prendre contact avec le vétérinaire. Et tant que l’animal est sous traitement, il est idéal de pouvoir l’isoler et le garder à l’ombre pour limiter la douleur face au soleil.

Oeil larmoyant

Voile opaque

Ulcère de la cornée

© www.paysan-breton.fr

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., collaboratrice scientifique