Contrôler la ventilation dans le séchoir en grange

17 juin 2021
Les sondes automatiques pilotent le séchage du foin, et soulagent la surveillance. Mais il est vivement conseillé de contrôler leurs décisions en mesurant 3 paramètres.
Température fraiche au-dessus du séchoir

Fondamentalement, l’air sortant du tas doit être plus frais que l’air entrant dans le ventilateur : cela indique l’évaporation de l’eau du fourrage. Laisser le ventilateur tourner à plein pot. Si l’air sortant du tas est plus chaud, il peut y avoir deux problèmes. Soit il y a condensation d’eau dans le fourrage, ce qui arrive malheureusement parfois en fin de séchage avec de l’air trop humide. Ventiler alors uniquement par intermittence. Soit il y a échauffement dû à des fermentations, prémices d’un incendie : surveiller en profondeur avec une sonde.

© Grangeneuve

Pour quelques dizaines de francs, une mini-station météo avec une sonde dans la chambre du ventilo et une autre sur le tas aident à comprendre ces phénomènes. Avec un investissement de quelques centaines de francs, une caméra thermique fait le même travail, et en plus localise les paquets de fourrages à défaire avec la griffe ou les cheminées à reboucher.

Pression d’air en diminution

Une charge de fourrage élevée et humide freine considérablement la circulation d’air dans le séchoir. Cette pression exercée sur le ventilateur peut être mesurée avec un baromètre à eau en U, placé sous les claies. Si la pression diminue d’un jour à l’autre, cela signifie que le foin sèche. Si elle augmente, le foin se prend en masse et il faut alors le brasser avec la griffe. Les ventilateurs atteignent leur limite lorsque la pression d’air déplace une colonne d’eau de 8 à 10 cm : ils ne débitent alors plus le volume d’air attendu et consomment excessivement d’énergie.

Une faible humidité relative

Au début du séchage, il faut surtout envoyer des gros volumes d’air. Mais plus le séchage avance, plus l’air doit être sec. En finition, il doit avoir moins de 50% d’humidité relative pour tirer les dernières gouttes d’eau. Si ce n’est pas le cas, le foin se réhumidifie. Une fois le foin vraiment sec, l’air sortant du séchoir aura également moins de 50% H.rel. : la ventilation peut être stoppée. Il faudra cependant toujours recontrôler le lendemain et le surlendemain en ventilant à nouveau de l’air très sec.

À disposition pour des remarques ou questions au 026 305 58 62.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., Responsable Bases de la Production végétale