Renforcement de la surveillance des organismes de quarantaine en production végétale

13 juillet 2021
La nouvelle ordonnance fédérale sur la protection des végétaux contre les organismes nuisibles particulièrement dangereux (ordonnance sur la santé des végétaux, OSaVé) est entrée en vigueur le 1er janvier 2020. 

L’objectif de cette ordonnance est de protéger les plantes contre les organismes nuisibles particulièrement dangereux et renforcer les mesures préventives pour conserver les plantes saines. Outre des mesures telles que des restrictions dans le transport de matériel végétal pour les particuliers, la surveillance territoriale des organismes de quarantaine a été étendue. 

Les organismes de quarantaine sont des maladies des végétaux ou des ravageurs qui peuvent causer des dommages économiques importants et qui ne sont pas présents en Suisse ou ne le sont que localement. Plus il y a d’échanges internationaux de personnes et de marchandises, plus nombreuses sont les voies par lesquelles ces organismes peuvent être introduits. 

© Pixabay

Les organismes de quarantaine prioritaires sont soumis à l’obligation d’annonce et de lutte afin d’empêcher leur installation ou d’enrayer leur propagation.

La surveillance territoriale est effectuée chaque année par le Service phytosanitaire cantonal sur mandat du Service phytosanitaire fédéral, de même que la mise en oeuvre des mesures de lutte, le cas échéant. Cette année, 27 organismes de quarantaine prioritaires seront surveillés.

Dans les cultures maraîchères, on peut notamment mentionner le virus du fruit rugueux brun de la tomate (ToBRFV ou virus de Jordanie) qui peut causer des dégâts importants, en particulier dans les cultures de tomates et de poivrons.

Sur les arbres fruitiers à noyaux, le longicorne à col rouge peut causer des dégâts considérables. Il arrive même que les arbres meurent en cas d’infestation sévère.

En grandes cultures aussi, en plus de la déjà fameuse chrysomèle des racines du maïs, dans les pommes de terre, il faut surveiller davantage d’espèces de nématodes ainsi que des maladies bactériennes pas encore présentes en Suisse.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser., Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.